Blackfish ou… la fin proche des parcs aquatiques?

seaworld_shamu

 

Qui n’est pas allé enfant visiter un de ces fameux parcs remplis de bébêtes marines en tous genre?

Pour ma part c’était le Marineland d’Antibes dans lequel je trimballais mes grands yeux émerveillés. Quand le bassin des Orques a ouvert, mais mon Dieu! C’était l’extase! Comme ils étaient beaux! Tout comme leurs copains les dauphins et les requins d’ailleurs.  Et bien sûr pas une seule seconde je n’ai été choquée par le fait qu’ils soient là. Je me suis certes posée la question de leurs conditions de vie mais dans ma petite tête c’était évident: s’ils étaient là, c’était forcément que ce n’était pas mauvais pour eux,sinon on les laisserait en liberté. Et puis ils font des spectacles et sont applaudis plusieurs fois par jour, les soigneurs sont gentils, ils ont à manger, ne sont pas tous seuls, alors pourquoi s’en faire?

C’est vrai ils sont  bien traités ces animaux. Mais en fait, cette expression, « bien traité », que veut-elle dire au juste? Personnellement, elle me choque pas mal. Si bien traité signifie ne pas manquer de nourriture, on peut dire alors que les prisonniers sont bien traités par exemple. Après tout oui, ils ont tout ce qui leur faut. La belle vie quoi… ! Mais sans parler des conditions des prisonniers, remarquons juste que les conditions de détentions des animaux partout dans le monde sont à peu de choses les mêmes que celles de détenus punis pour avoir commis des délits. Dans l’un  des cas, il s’agit d’une punition et dans l’autre il s’agit d’un « bon traitement », d’un traitement tout à fait normal. J’avoue ne pas comprendre.

tilly
Tilikum dans son bassin de Seaworld

En France, nous n’avons que deux prisons à animaux marins. Ce sont donc le Marineland d’Antibes dans les Alpes-Maritimes, et le Parc Astérix en Région Parisienne. Tout le monde est donc invité à boycotter ces parcs. Quand je pense qu’il y a tout juste deux ans, j’étais assise dans ces gradins à regarder de pauvres petits dauphins exécuter des tours d’un ennui mortel (pour moi mais surtout pour eux). Les choses ont bien changé depuis. Mais passons…

En Amérique du Nord, ce ne sont pas moins de 20 prisons aquatiques dont 11 gérées par Seaworld, 2 par Marineland, et dont une demi douzaine sont des delphinariums. Sans compter les parcs qui, comme le Parc Astérix sont multitâches…

En 2013, Gabriela Cowperthwaite dénonce les conditions de détention de ces pauvres animaux à travers le documentaire Blackfish. Le film tourne autour de Tilikum, une orque mâle détenue au parc Seaworld, dont la vie n’a été qu’un enchainement d’horreurs depuis sa capture, bébé, au large de l’Islande, et qui, devenu fou a fini par tuer 3 personnes dont 2 soigneurs.

Histoire tragique pour Tilikum tout comme pour les soigneurs, de braves petits jeunes autant victimes du système que leur assassin d’orque. Après tout, ils ont tout simplement trouvé un super travail dans un super parc sans penser une seconde qu’ils participaient à un crime. Et s’ils avaient des doutes, Seaworld les rassurait en leur disant que ce mode de vie correspondait parfaitement aux besoins physiologiques des orques.

Tilikum a la nageoire dorsale affaissée, ce qui dans la nature n'arrive que chez 1% de mâles
Tilikum a la nageoire dorsale affaissée, ce qui dans la nature n’arrive que chez 1% de mâles

Actuellement, Tilikum l’orque maudite a 33 ans (une orque peut vivre jusqu’à 80 ans) et croupit dans un bassin du Seaworld d’Orlando qu’il partage avec l’un de ses petits fils Trua. Jusqu’à très récemment Tilikum a été le mâle reproducteur de Seaworld, des vétérinaires  passaient donc régulièrement lui rendre visite et récupérer un peu de semence afin de féconder les orques femelles des autres parcs. On voit d’ailleurs un extrait de cette pratique dans le film et je dois dire que ce passage m’a tout particulièrement choquée, voire filé la nausée. On se prend l’horreur humaine en pleine face. On les voit faire cette chose qui ne leur appartient pas, qui est du domaine de la nature, du sacré, et qui ici est dénaturalisée, dénuée de sens, réduite uniquement à une matière première qui générera du profit. Je me demande comment on peut à ce point n’avoir aucune considération pour la Vie. Mais bref, cette activité a tout de même du s’arrêter au bout d’un moment: la quasi-totalité des nouvelles orques de Seaworld ayant les gènes de Tilikum, cela risquait de poser des problèmes pour les reproductions à venir.

Revenons à nos moutons. Donc, Blackfish est diffusé pour la première fois en janvier 2013 aux Etats-Unis et très vite l’évennement se propage dans quasiment tous les pays d’Amérique du Nord et d’Europe. Cela émeut et touche évidemment énormément de gens qui n’avaient pas idée de ce qu’enduraient ces pauvres êtres. Comme par hasard un des seuls pays à ne pas le diffuser est … tadaaaam… La France!!! Eh oui, nous autres pauvres français avons du attendre la diffusion du film le 29 juin sur Arte pour découvrir cette triste réalité. L’important est que nous soyons finalement informés.

La bonne nouvelle est que, ce documentaire ayant soulevé des vagues de réactions ainsi qu’un véritable boycott de ces parcs, Seaworld s’est écroulé en bourse mercredi matin!!! Je ne sais pas vous, mais moi ça me donne envie de danser de joie!!! L’état Californien (tellement en avance sur tellement de choses!) a même présenté en février un projet de loi visant à interdire la détention et l’exploitation des orques à des fins de spectacles, donc l’interdiction à terme de ces parcs! Le chiffre d’affaire du groupe a aussi chuté de 5% en un an et son action en bourse a donc chuté, elle, de 31%  mercredi matin. C’est absolument délicieux!

Ceci est une belle preuve qu’encore une fois nous avons le pouvoir, nous pouvons changer les choses en changeant notre consommation, en boycottant les horreurs que l’on nous vend, en en parlant autour de nous, en partageant. Sortons de notre léthargie commune et agissons! C’est une énorme preuve, nous n’avons plus d’excuse pour rester les bras croisés, alors battons nous, l’information est une arme!

Parlons autour de nous, éveillons nous et éveillons les autres!

Pensée pour tous ces animaux, pour Tili, ainsi que pour les soigneurs…

 

FREE TILLI!

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Blackfish ou… la fin proche des parcs aquatiques? »

  1. Bel article bravo.

    Quand tu dis : revenons à nos moutons , tu parles des orques mdr.

    Bernard Hefnaoui

    06 09 95 22 62

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s