Mon chemin jusqu’au véganisme et pourquoi la cause animale… ?

10339629_10202596018156296_8824340682861571678_n

 

Dans notre monde, défendre les animaux, c’est par définition niais. Nous sommes très souvent vus au mieux comme de gros utopistes, au pire comme des petites frappes. Le regard des autres… Personnellement, c’est ce qui m’a bloquée pendant longtemps (dans ce chemin là mais aussi dans beaucoup d’autres). Ce parcours est plutôt simple en théorie: il suffit d’arrêter d’acheter des produits d’origine animale, mais en pratique, il demande du courage, de la détermination, une capacité à accepter le changement et de la foi en ses convictions et surtout vous en apprend beaucoup sur vous même et votre rapport aux autres.

Il y a 5 ans, je vivais en coloc avec ma meilleure amie végétarienne. Et comment dire… quand elle m’expliquais pourquoi elle l’était, je comprenais et respectais, mais ça ne m’empêchait pas de me gaver de saucisson, d’hamburgers (j’allais tous les jours au MacDo), j’étais fana de saumon fumé, de chipolatas et le fromage, n’en parlons pas, j’ai été élevée au fromage de chèvre!!! Il faut dire que gustativement parlant, toutes ces choses sont très bonnes (enfin en tous cas j’aimais beaucoup ça!) Donc si je me suis tournée vers le véganisme, ce n’est pas par goût, mais par éthique. A peu près à cette periode, je suis tombée sur la vidéo des abattoirs Charal que voici:

A ce moment là, j’étais en weekend chez ma mère, qui était déjà couchée, et (j’avais 19 ans) je suis allée rejoindre ma mère dans son lit en pleurant toutes les larmes de mon corps et en me demandant comment on pouvait faire de telles choses…

A partir de là, j’ai décidé de ne plus manger de viande Charal et d’essayer de manger de la viande bio le plus possible. J’étais alors encore persuadée qu’il existait des élevages « éthiques » et des abattages « humains » et surtout que mon corps ne pouvait vivre sans viande. D’autant plus que je faisais de l’anémie, je prenais donc des compléments de fer à chaque période critique du mois, et mangeais du bon steak pour mes globules rouges comme me le prescrivaient les médecins (qu’ils sont mignons…)

Puis le temps passe, je continue de voir des vidéos de ce genre défiler sur internet, je prends peu à peu conscience de la conditions des poules pondeuses et n’achète plus que du plein air. Je prends aussi conscience que la quasi totalité des cosmétiques sont testés sur les animaux et me mets à utiliser des marques non testées, que vous pouvez trouver sur ce site: One Voice

L’évolution se fait peu à peu mais je mange toujours de la viande. Puis, en voyage à New-York, des militants me donnent un prospectus sur les raisons pour lesquelles nous devrions devenir vegan (ils sont tellement en avance sur nous!!!). Et là déclic ! J’arrête la viande… Mais en contrepartie, je me gave de produits laitiers… chose à ne pas faire!!!! Mon anémie s’est aggravée car les produits laitiers gênent l’absorption des protéines végétales. Et suite à des « conseils » de divers personnes je décrète que le végétarisme n’est pas fait pour moi et me rends à l’évidence que je devrais manger de la viande toute ma vie… 😦

 

10350623_10202747726108900_6762754848183547049_n

 

 

Le temps passe… Je mange de la viande bio 3 ou 4 fois par mois, des œufs bios et du poisson bio de temps en temps, des produits laitiers bios à volonté aussi. Et puis là, on m’envoie ce film:

Cette vidéo a littéralement changé ma vie.

Ce mec est un génie. J’ai par la même occasion découvert la condition de vaches laitières et de leurs bébés… A partir de là, c’est une évidence: plus de viande pour moi. Mais cependant je consomme toujours un peu de produits laitiers et des œufs bios, car les conditions d’élevage sont sensées être un peu plus digne… et même si je diminue peu à peu, je ne me sens pas encore prête…

Puis j’ai vu ce film:

Et là, je pense que la dernière étape de la transition s’est mise en marche… Aujourd’hui, je suis peu à peu en train de devenir complètement vegan. 🙂

J’ai bien sûr conservé mes anciens vêtements en cuir (je ne vois pas l’intérêt de les jeter car pour le coup je suis anti-gaspillage donc je finis de les user) et si je sors ou suis invitée et que dans un plat ou un gâteau il y a du fromage ou des œufs j’en mangerais aussi, on va dire que c’est du cas par cas… Ce sera ma dernière étape avant d’être totalement vegan… !

Voilà, l’histoire est un peu longue, mais c’est pour montrer que même anémiée, gourmande et gloutonne, accro à la junkfood, et ayant une activité physique plutôt intense (je danse et yoga beaucoup), on peut être végétarien ou vegan. Ce n’est pas difficile. S’il faut du temps alors prenez le. Il y a des gens pour qui ce sera radical, d’autres qui comme moi auront besoin de plusieurs années… Et puis entre nous, la frustration amène souvent à des échecs, alors take your time…

Faites connaissance avec l’alimentation végé, les cosmétiques naturels, tout ce mode de vie, avant de supprimer complètement les produits animaux… La transition n’aura que plus de chances d’être réussie! (sauf bien sûr si vous le sentez comme ça, après tout, c’est une question de feeling…).

Je n’ai pas parlé de l’argument santé, également très important. J’étais un musée de pathologies à moi toute seule. Quasiment tous mes maux ont disparu. Je ne prends plus de fer et ne suis plus anémiée, et bien d’autres choses encore dont je parlerais dans d’autres articles. Sans parler de la nervosité… Supprimer la viande de votre alimentation vous calme c’est véridique!!! C’est même assez hallucinant!!! On passe à un autre niveau de conscience, mais ça c’est encore un autre sujet…

Dernier point: pourquoi se soucier du sort des animaux?

Tout simplement parce que si je communique avec mon chien, mon cochon d’Inde, mon hamster ou mon perroquet, alors je peux avoir les mêmes rapports avec une vache, un cochon, un lapin ou un poulet… Je ne peux pas en chérir un et en manger un autre…Ca s’appelle le spécisme et c’est de la discrimination pure et dure. Je n’ai pas envie de participer à des actes de violence inouïe sous prétexte que « le saucisson c’est bon » ou que « le cuir c’est plus solide » et j’en passe… Les animaux sont des esclaves et je suis contre l’esclavage. (Petite parenthèse sur un autre sujet, en parlant d’esclavage: de la même manière, ayant découvert les scandales du prêt à porter je souhaite me tourner vers des marques éthiques, des petits créateurs ou même faire mes propres habits. Malheureusement il y a ce genre d’horreurs dans beaucoup de marchés, mais je pense qu’il est à la portée de tout le monde de faire un petit quelque chose. On peut facilement consommer mieux en consommant moins. Nous sommes dans un monde où tout est consommation, donc par définition, le pouvoir est entre nos mains. Nous pouvons arrêter d’acheter des produits issus de la violence de l’asservissement et du meurtre.) Je pars du principe que tout est relié, que nous sommes un tout et que ce qui fait du mal quelque part dans le monde ne peut pas être bon pour moi. Pas évident de vivre selon ce principe actuellement car tout nous pousse à faire le contraire, mais nous avons tous un domaine dans lequel nous pouvons commencer à agir. Chacun à son niveau peut faire quelque chose. Et je pense que le véganisme ou le végétarisme sont un bon moyen pour commencer à consommer mieux… Alors en route… On se sent tellement mieux après … 🙂

Merci à ceux qui ont lu ce post jusqu’au bout. J’ai un peu voyagé mais il y a tellement à dire sur ce sujet…

Love

 

 

 

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Mon chemin jusqu’au véganisme et pourquoi la cause animale… ? »

  1. bravo peu à peu nous allons devenir végétarien et plus tard vegetalien. c’est insupportable de constater notre ignominie !

    J'aime

  2. Je n’ai pas pu regarder les films longs, car les hauts le coeur me prennent, je n’en suis pas capable… Je suis végétarienne, presque vegan, pour les mêmes raisons éthiques que toi. La transition ne fut pas radicale, car c’est une prise de conscience, et comme toutes les prises de conscience, on se réveille pas le matin en ayant pris une ferme décision, comme on arrête le tabac… J’ai stoppé les viandes et les poissons, je continue à manger des oeufs, 2 fois par semaine environ (oeufs de poule en liberté que j’achète au marché) parce que, pour le moment, cela me semble pas criminel… J’ai stoppé le lait et les yaourts. Je mange seulement du fromage, quand j’en achète (ce fut dur de diminuer car c’est mon péché mignon).. pour le fer, j’étais anémiée quand je mangeais de la viande. Là, je ne le suis plus… pourquoi ? Physiologiquement, je ne l’explique pas vraiment, puisque le fer héminique (des viandes) est mieux absorbé (5 fois plus) que le fer non héminique (provenance des végétaux)… de temps en temps, je me fais une cure de fer (férograde vitamine C) pendant un mois.. mais je le faisais aussi avant ! En parallèle, j’ai aussi évolué sur d’autres plans, fait du « nettoyage » personnel, et je me sens très bien, très heureuse, en harmonie, bref, en total accord avec moi, mon âme, etc… je pense que ce bien être contribue aussi à ma très bonne santé…. il n’y a pas qu’une question alimentaire à la santé (et je sais de quoi je parle, je suis diét 😦 de ma profession… )…. Bonne continuation et merci pour cet article très intéressant que tu as partagé avec nous. 🙂

    J'aime

    1. Merci Nadine! C’est marrant on a à peu près le même parcours! J’ai aussi été très anémiée et puis plus rien maintenant! En fait de plus en plus d’études montrent que les protéines animales sont acides et entrainent une perte de minéraux. C’est probablement la raison pour laquelle nous étions anémiée et nous ne le sommes plus 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s